Site officiel de la Commune de Goderville
Accès direct
Accueil
Programme de la salle culturelle
Service Public
Calendrier
Urgences
Visiteurs
Depuis janvier 2016

Pages cliquées: 958
Visites uniques: 24778
Visiteurs en ligne: 4
Record visiteurs connectés: 131

QRCode

 

COMITE DE JUMELAGE

 

                                                          

Goderville est jumelée avec Grignon depuis 11 ans.

Ce jumelage est ouvert à tous. Il permet d’avoir des correspondants. Ils sont reçus une année par Goderville et l’année suivante, c’est l’inverse qui se produit. Le séjour effectué à Grignon ou à Goderville permet à chacun de découvrir les beautés montagnardes ou marines selon la commune qui reçoit.

Les correspondants de Grignon ont été reçus en 2015 par Goderville du 2 au 5 octobre. Nous les avons emmenés le dimanche 4 octobre visiter les trois villes sœurs (Le Tréport, Mers les bains et Eu).

Grignon est une charmante commune de 2009 habitants. Son point culminant est de 1 700 mètres et la hauteur en plaine est de 330 mètres. Grignon est situé dans la continuité d’Albertville. C’est une commune qui peut être qualifiée de «péri-urbaine». Le territoire communal s’étend sur 9,3 km2.

Quelques points de repères historiques…

Au XVIIème, la commune de Grignon Neuvaux comptait 250 habitants qui se répartissaient sur le coteau. Les hommes cultivaient les pentes et travaillaient en forêt à la fabrication du charbon de bois sur les charbonnières. Celui-ci était vendu à Conflans et à l’Hôpital. Pour le transport, la traversée de l’Isère s’effectuait par le bac de la forêt de Rhonne. Entre 1776 et 1861, l’augmentation de la population a été importante. On constate ensuite une certaine stabilité : environ 450 habitants jusqu’en 1946. Après 1960, la croissance démographique repart à la hausse. Cette augmentation, ainsi que l’endiguement de l’Isère au XIXème ont provoqué un déplacement de l’habitat.

Autrefois localisé en bordure de la pente de la montagne et sur les petits replats, l’habitat se répartit aujourd’hui de part et d’autre de la RD 925. Dès 1810, une première partie de la digue est construite afin de protéger les premières maisons construites à la Plaine. Une première prolongation de la digue a lieu en 1813 (350 mètres supplémentaires), puis une seconde en 1816. Cette seconde portion permettra le début de la construction du chef-lieu. Jusqu’à la construction des ponts sur l’Isère au XIXème, les relations entre la basse Maurienne et la Tarentaise se faisaient par la rive gauche de l’Isère donc par Grignon. C’est ce que l’on appelait le chemin d’Aiguebelle. ...